roman noir, Roman policier

DAENINCKX DIDIER – Artana, Artana

Erik Ketezer est vétérinaire en Normandie. Il revient à Courvillier en banlieue parisienne pour enquêter sur le décès du frère de son ancienne compagne.
L’auteur a choisi la forme du roman policier pour raconter ce qu’il se passe dans les cités pauvres de la région parisienne.
Comme beaucoup de livres de cet auteur, le cœur du roman constitue une critique sociale et politique.
Ici, il s’agit clairement de l’incurie des hommes politiques à tous les niveaux qui ont laissé s’installer le trafic de drogues dans les banlieues : « L’herbe a servi d’amortisseur sociale. Elle a été utilisée comme anesthésie locale. Sans elle, les cités brûleraient en permanence ! Tout le monde y trouve son avantage. » Continue Reading

roman noir

L’Embaumeur ou l’odieuse confession de Victor Renard – Isabelle DUQUESNOY

Selon les Editions de La Martinière, Isabelle Duquesnoy a consacré dix de sa vie à ce roman publié en août 2017… cela ne surprend absolument pas. C’est une œuvre colossale et aussi un chef-d’œuvre.

D’ailleurs, ne vous laissez pas impressionner par sa taille, en un week-end vous n’en aurez fait qu’une bouchée.

La France postrévolutionnaire grouille de cadavres. Quelle aubaine pour un embaumeur. Victor RENARD à la mort de son père doit subvenir aux besoins de sa famille et devient l’apprenti de Monsieur JOULIA, embaumeur et trafiquant d’organe. Il se fait un nom et parvient à quitter le garde-chiourme qu’est sa mère. Tout est bien qui finit bien pour cet enfant battu…c’est sans compter sur cet indigne destin qui l’envoie en prison. Victor Renard, criminel ? Continue Reading

LISTE

Des sociétés civilisées corrompues, une liste de contes de Denis Diderot

Jean-Louis Ernest Meissonier, Lecture chez Diderot

Diderot naît à Langres en 1713 et meurt à Paris en 1784. Célèbre pour avoir supervisé la rédaction de l’Encyclopédie (1751-1772), il est aussi l’auteur de nombreux contes publiés de manière posthume. En effet, emprisonné en 1749 au château de Vincennes à cause d’une de ses publications remettant Dieu en cause – la Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient – il ne diffuse plus ses écrits qu’à un cercle de lecteurs éclairés grâce au périodique manuscrit nommé Correspondance littéraire, philosophique et critique. Dans cette revue au lectorat très restreint, trois contes aux thématiques similaires sont diffusés en 1772 : Ceci n’est pas un conte, Madame de La Carlière, Supplément au voyage de Bougainville. Continue Reading

Conte philosophique

Supplément au voyage de Bougainville – Denis DIDEROT

Le titre complet de ce conte est Supplément au Voyage de Bougainville ou Dialogue entre A. et B. sur l’inconvénient d’attacher des idées morales à certaines actions physiques qui n’en comportent pas.

On met une majuscule à « voyage » car il s’agit d’un écrit de Diderot mais il en fait une suite que Bougainville aurait refusé de publier dans son Voyage au tour du monde en 1772. Cet écrit est composé de quatre parties :

1) Le « Jugement du voyage de Bougainville » introduit la matière et les personnages A. et B. Ces deux-là parlent du Voyage au tour du monde de Bougainville et de son auteur. Continue Reading

Conte philosophique

Madame de La Carlière – Denis DIDEROT

Madame de La Carlière est une histoire qui finit mal. L’héroïne du roman meurt amère, son enfant malade, le mari finit sa vie disgracié.

Tout commence par une conversation entre le conteur et l’auditeur. Ils aperçoivent le chevalier Desroches. Un homme qui donne peine à voir. Pourtant, c’est un homme dont les débuts ne laissaient pas présager une fin si minable.

« Et c’est ainsi que de bouche en bouche, échos ridicules les unes des autres, un galant homme est traduit pour un plat homme, un homme d’esprit pour un sot, un homme honnête pour un coquin, un homme de courage pour un insensé, et réciproquement. Non, ces impertinents jaseurs ne valent pas la peine que l’on compte leur approbation, leur improbation pour quelque chose dans la conduite de sa vie. » Continue Reading