Roman historique

BARTHELET MARIE – Damalis

L’HISTOIRE

VII es siècle avant Jésus-Christ, un jeune Thrace, fils d’un chef, est réduit à l’esclavage, suite au massacre de sa famille par un rival.
Le jeune prince fait brutalement l’apprentissage du malheur. « Tuer, diriger, intimider ne m’était pas désagréable. Mais j’avais vécu dans un univers d’équilibre, de règles et de contreparties, où l’ordre est assorti de tournures respectueuses et où la chasse sert à la subsistance. Je n’avais pas subi la cruauté des hommes dans toute sa sordidité. »
L’esclavage est à cette époque une menace pour tout peuple vaincu.


Il est vendu comme esclave à une famille d’aristocrates grecs de la cité de Milet. Clymène, la maitresse de la maison, lui donne le nom de Damalis. Le foyer est composé de Phérès, le maître, de son épouse, de trois enfants et de trois autres esclaves. C’est une famille où des conflits larvés, des rancunes enfouies vont dégénérer en drame. « Au sein noir de cette famille d’apparence heureuse, la solitude des uns complétait celle des autres. »
La menace Lydienne freine le commerce et menace la cité. Les jeunes hommes doivent s’entrainer pour la défendre car comme l’énonce de Phérès : « La cité est tout, et l’homme n’est rien. » Les Milésiens envisagent avec la appréhension la nécessité de l’exil pour le cas où la cité tomberait. « Partir, c’est tout laisser, ne plus exister pour personne. Partir, c’est aussi mourir. »

LE ROMAN

Mêlant habilement l’histoire de Damalis, le jeune esclave et l’histoire de la cité de Milet, l’auteure nous offre un roman riche en intrigues. Elle nous plonge au coeur des intrigues de la cité, des luttes de pouvoir et des guerres avec les autres états, sans pour autant délaisser l’aspect psychologique des personnages.
Damalis est le narrateur. Il est marqué au plus profond de lui-même, par sa capture et les sévices subis. Sa maîtresse le prend en pitié, et lui redonne confiance en le confiant à une hétaïre (courtisane de haut rang très cultivée). Cette dernière lui apprend l’écriture et la lecture grecque ainsi que les grands auteurs, en faisant de lui un esclave instruit et le rendant indispensable à ses maîtres.
Les descriptions sont minutieuses, très réalistes et nous plonge dans le quotidien d’une famille et d’une ville du VII es avant Jésus-Christ. On aborde à travers les péripéties de Damalis, l’organisation d’une maison, les différentes coutumes en ce qui concerne la religion, l’artisanat, les fêtes, bref la vie de tous les jours de certains des habitants de cette ville.
Dans l’antiquité, les Grecs accordaient une très grande importance aux rêves. L’auteure s’en inspire habilement pour donner une touche de fantastique à son roman.
Ce roman historique est une grande réussite.

L’AUTEURE

Animatrice du patrimoine à la Cité du Mot et responsable du musée municipal, Marie Barthelet est aussi écrivain. Son deuxième livre est ce roman historique documenté qui a nécessité dix ans de travail. « Je suis perfectionniste. J’ai besoin de réécrire jusqu’à trouver le ton juste, le bon rythme. D’ailleurs, je me relis à voix haute pour entendre la « musicalité » de la phrase. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.