ROMAN

BONNEFOY MIGUEL – Sucre noir

L’HISTOIRE

Le navire d’Henri Morgan s’est échoué sur une île des Caraïbes, avec d’immenses trésors à l’intérieur. Trois cent ans plus tard, un village s’est installé là où le navire a disparu. La légende d’un fabuleux trésor gisant dans le sous-sol est connue, mais « comme il n’y avait rien à acheter et tout à construire, l’or valait moins que le fer ».
La ferme de la famille Otero est à l’orée de la forêt. Ils l’ont acheté pour une bouchée de pain avec une clause particulière : la chambre du fond doit rester close. Et tous les 1er novembre, une vieille femme entre dans la maison avec un seau vide, rentre dans cette chambre et y reste des heures entières. Ce couple sans histoire a sur le tard une fille, Séréna.
Arrivée à l’adolescence, Séréna rêve d’ailleurs. Elle croise le chemin de Severo Bracamonte, venu chercher le trésor d’Henri Morgan. Ce dernier abandonne sa chasse au trésor pour se marier avec Séréna et développer la plantation de cannes à sucre. Ils auront une fille Eva Fuego.
LE ROMAN
Le roman se déroule dans un paysage idyllique : une île des Caraïbes. Là s’arrête la comparaison avec la carte postale.
La vie des habitants de ce petit bout de terre est « une vie aussi palpitante qu’une religieuse dans un couvent : ennui, solitude »
Jusqu’au 16 ans de Séréna, « ces moments se ressemblaient. Le père racontait sa journée, la mère la sienne et Séréna, étrangère à sa propre famille, endurait ces repas interminables, regardant passer les plats devant elle, sans révolte ni appétit ».
Severo Bracamonte n’est pas un prince charmant : « ce n’était pas le bel inconnu qui avait écouté ses lettres à la radio, mais un homme aux désirs avares, cupides, un jouisseur qui vivait au hasard, sans discernement, mû par ses propres passions. »
Le principe de réalité agissant, « les circonstances les façonnèrent l’un à l’autre » et ils se marièrent. Le climat chaud et humide semble amollir toute velléité de changement. Les événements suivent leur cours et chacun se résigne à rester à sa place. Même si Severo Bracamonte parvient à développer de façon notable la plantation, ses rêves de grandeur et de folie se sont évaporés.
Beaucoup d’explorateurs passent dans la propriété attiré par la recherche de ce trésor enfoui quelque part sous leur pied. Le plus important dans une quête, est le chemin qu’un individu parcourt et ce qu’il devient. Aussi, même si ces fouilles restent stériles, chacun en sort changé.
On se reconnaît dans ces personnages avec leurs rêves d’adolescent et leur résignation d’adulte.
L’écriture est très belle, on ressent la moiteur, la chaleur, les odeurs… un beau voyage.
L’AUTEUR
Né en France, grandi au Venezuela et au Portugal. En 2009, il a remporté le Grand Prix de la Nouvelle de la Sorbonne Nouvelle avec La Maison et le Voleur. Il a ensuite publié en italien Quand on enferma le labyrinthe dans le Minotaure (edizione del Giano, Rome, 2009) et en français Naufrages (éditions Quespire, Paris, 2011) remarqué au Prix de l’Inaperçu 2012. En 2013, il a été premier prix du Prix du Jeune Écrivain avec Icare et autres nouvelles (Buchet-Chastel, Paris, 2013).

Laisser un commentaire