Browse Category by Le XVIIème siècle
Théâtre

Racine – Mithridate

Mithridate VI Eupator (132 av. J.-C. – 63 av. J.-C.) a véritablement existé. Il fut roi du Pont, royaume situé au nord-est de l’Asie mineure, et au sud de la mer Noire.

Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Il a mené des guerres de 88 à 63 av. J.-C. et s’est farouchement opposé à l’expansion de l’Empire romain. Ainsi Racine parle-t-il de lui en ces mots : « Sa vie et sa mort font une partie considérable de l’histoire romaine. Et sans compter les victoires qu’il a remportées, on peut dire que ses seules défaites ont fait presque tout la gloire de trois des plus grands capitaines de la république [c’est à savoir, de Sylla, de Lucullus, et de Pompée]. » D’ailleurs, la défaite dont il est question dans la pièce est celle contre Pompée, et voici ce que dit Mithridate à l’acte II, scène 3, v.435-440 :

« Enfin après un an, tu me revois, Arbate,
Non plus comme autrefois cet heureux Mithridate,
Qui de Rome toujours balançant le destin,
Tenais entre elle et moi l’univers incertain.
Je suis vaincu. Pompée a saisi l’avantage
D’une nuit qui laissait peu de place au courage. » 

Continue Reading

Poésie

François Malherbe

Portrait de François de Malherbe, en buste, de 3/4 dirigé à gauche, dans une bordure ovale / [estampe]. Source : gallica.bnf.fr
François de Malherbe naquît en à Caen en 1555. Il mourut à Paris en 1628. Il a marqué son temps de manière considérable : l’expression de doctrine poétique à son endroit est tout indiquée. Il fut poète officiel de 1605 à sa mort, sous le règne de Louis XIII.

Indications bibliographiques : Il fait des études de droit mais préfère l’épée à la robe et accompagne le duc d’Angoulême en Provence en 1576. Le duc meurt en 1586, alors que Malherbe a pris conscience de sa vocation littéraire. Il cherche donc un nouveau protecteur, en vain! Les Larmes de saint Pierre à Henri III en 1587, puis son Ode à la reine à Marie de Médicis en 1600 sont dédaignés. Finalement, Henri IV (1553-1610) lui accorde une audience en 1605, et, charmé par La prière du roi allant en Limousin, le retient à la cour.

Qui était François Malherbe ? Un homme orgueilleux, et conformiste. Mais il n’était en rien flagorneur : lorsqu’il écrit son Ode à la reine en 1600, la Prière pour le Roi Henri le Grand allant en Limousin (1605), ou le Sonnet. Au roi (Louis XIII) (1627), il croit fermement en ce qu’il raconte. Sa poésie toutefois reste une poésie de circonstance.  Continue Reading