LISTE

Des sociétés civilisées corrompues, une liste de contes de Denis Diderot

Jean-Louis Ernest Meissonier, Lecture chez Diderot

Diderot naît à Langres en 1713 et meurt à Paris en 1784. Célèbre pour avoir supervisé la rédaction de l’Encyclopédie (1751-1772), il est aussi l’auteur de nombreux contes publiés de manière posthume. En effet, emprisonné en 1749 au château de Vincennes à cause d’une de ses publications remettant Dieu en cause – la Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient – il ne diffuse plus ses écrits qu’à un cercle de lecteurs éclairés grâce au périodique manuscrit nommé Correspondance littéraire, philosophique et critique. Dans cette revue au lectorat très restreint, trois contes aux thématiques similaires sont diffusés en 1772 : Ceci n’est pas un conte, Madame de La Carlière, Supplément au voyage de Bougainville.

Dans l’extrait qui suit du Supplément en Voyage de Bougainville Diderot fait référence aux personnages des deux contes précédents : La Reymer et Gardeil, Tanié et Mademoiselle de La Chaux sont les personnages de Ceci n’est pas à un conte, quant au chevalier Desroches on le découvre avec madame de la Carlière, personnage éponyme du conte.

« B. […] Tant que les appétits naturels seront sophistiqués, comptez sur des femmes méchantes.

A. Comme la Reymer.

B. Sur des hommes atroces.

A. Comme Gardeil.

B. Et sur des infortunés à propos de rien.

A. Comme Tanié, mademoiselle de La Chaux, le chevalier Desroches et madame de La Carlière.

Il est certain qu’on chercherait inutilement dans Taïti des exemples de la dépravation des deux premiers, et du malheur des trois derniers. »

Dans ces trois récits, Diderot critique la société que l’on dit « civilisée » et dont les mœurs ne servent qu’à asservir les Hommes. En mettant des obstacles aux appétits naturels, la frustration naît et régit les rapports humains.

L’édition utilisée pour les citations de Ceci n’est pas un conte et Madame de La Carlière est la suivante :

DIDEROT, Les Deux amis de Bourbonne, édition Michel Delon, éd. Folio classique, 2002.

L’édition utilisée pour les citations du Supplément au voyage de Bougainville est la suivante :

DIDEROT, Supplément au Voyage de Bougainville ou Dialogue entre A. et B. sur l’inconvénient d’attacher des idées morales à certaines actions physiques qui n’en comportent pas, Texte établi par J. Assézat et M. Tourneux, Garnier, URL: https://fr.wikisource.org/wiki/Suppl%C3%A9ment_au_voyage_de_Bougainville

Ceci n’est pas un conte – Denis DIDEROT

Madame de La Carlière – Denis DIDEROT

Supplément au voyage de Bougainville – Denis DIDEROT

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.