JOURNAL

GIDE ANDRE – Journal des faux monnayeurs

André Gide a rédigé un journal de son travail parallèlement à la rédaction du roman les faux monnayeurs. Ce journal nous permet d’apprécier l’intelligence critique, l’ironie de l’écrivain.
Résumé du roman :
Un jeune garçon apprend qu’il n’est pas le fils de son père, et décide de ne pas se présenter à ses examens et de partir au hasard de certaines rencontres. Mais qu’il croise la route tordue de faussaires en tout genre, d’enfants qui trafiquent de la fausse monnaie ou de tricheurs de sentiments.
CITATIONS

AMI
« Un ami, disait-il, c’est quelqu’un avec qui on serait heureux de faire un mauvais coup. »

AUTRUI
« L’idée d’obtenir quoi que ce soit aux dépens d’autrui me paralyse (et du reste il n’est peut-être pas de meilleur frein moral ; mais je me persuade difficilement qu’autrui puisse trouver la même joie que je trouve moi-même à secourir et à favoriser).

AVENIR
« L’avenir m’intéresse plus que le passé, et plus encore ce qui n’est non plus de demain que d’hier, mais qu’en tout temps l’on puisse dire : d’aujourd’hui. »

COMPROMIS
« Tout cela par la faute des demi-mesures qui laissent croire à chacun des partis que, si le compromis n’avait pas été commis à son détriment, la partie aurait été mieux gagnée et rien de désastreux n’aurait eu lieu. »

CONSCIENCE
« Les plus douteux égarements de la chair m’ont laissé l’âme plus tranquille que la moindre incorrection de mon esprit ; et quand je me sens la conscience mal à l’aise, c’est en sortant d’un salon mondain, non du b… ».

DIABLE
« C’est là le propre du diable dont le motif d’introduction est : « Pourquoi me craindrais-tu ? Tu sais bien que je n’existe pas. »

DIFFERENCE
« Ce n’est pas ce qui me ressemble, mais ce qui diffère de moi qui m’attire. »

ECRITURE
« Le livre, maintenant, semble parfois doué de vie propre ; on dirait une plante qui se développe, et le cerveau n’est plus que le vase plein de terreau qui l’alimente et la contient. »

INSPIRATION
« J’attends trop de l’inspiration ; elle doit être le résultat de la recherche ; et je consens que la solution d’un problème apparaisse dans une illumination subite ; mais ce n’est qu’après qu’on l’a longuement étudié. »

OPINION
« Persuade-toi que les opinions n’existent pas en dehors des individus. Ce qu’il y a d’irritant avec la plupart d’entre eux, c’est que ces opinions dont ils font profession, ils les croient librement acceptées, ou choisies, tandis qu’elles sont aussi fatales, aussi prescrites, que la couleur de leurs cheveux ou que l’odeur de leur haleine… »

ROMANCIER
« Le mauvais romancier construit ses personnages ; il les dirige et les fait parler. Le vrai romancier les écoute et les regarde agir ; il les entend parler dès avant que de les connaître, et c’est d’après ce qu’il leur entend dire qu’il comprend peu à peu qui il sont ».

TEMPS
« Quand le temps, l’âge, dérobe à l’amour, un à un, tous ses points d’appui et le force à se réfugier dans je ne sais quelle adoration mystique, autel où l’on accroche en ex-voto tous les souvenirs du passé : son sourire, sa démarche, sa voix, les attributs de sa beauté ».

VIE
« La vie nous présente de toutes parts quantités d’amorces de drames, mais il est rare que ceux-ci se poursuivent et se dessinent comme a coutume de les filer un romancier ».

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.