Roman historique

HERTMANS STEFAN – Le cœur converti

Aux alentours de 1070, une fille naît dans le port de Rouen. Le père du bébé, est un descendant des Normands qui un siècle et demi plus tôt ont conquis cette région. C’est un bourgeois de premier plan. Sa femme, parente éloignée des comtes de Flandres, refuse le prénom qu’il a choisi : Vigdis (déesse du combat). Un compromis est trouvé : elle reçoit en second prénom, celui de la grand-mère maternelle, Adélaïs.
18 ans plus tard, c’est une belle jeune fille qui se promène dans les rues de Rouen. Elle croise le regard de David Rodros, fils du grand rabbin de Narbonne. Ce coup de foudre va à l’encontre de toute la morale de la société médiévale.
Elle n’a pas le droit de décider de son sort. Se marier contre le gré de ses parents est inconcevable. Elle risque de se retrouver à la rue. Son père a tous les droits.
David l’a présentée comme prosélyte. A cette époque, les convertis sont les bienvenus dans le monde juif.
Elle va abandonner tout son avenir de jeune bourgeoise, parce que David lui a promis de l’épouser, quand ils arriveront à Narbonne.
Son père va lancer à leur poursuite toute une escouade et promettre une forte récompense.
Si ils sont pris, lui sera condamné à mort et pour elle ce sera soit le cloître, soit le bûcher.

Leur destin semble compromis dans ce monde en mutation.

LE ROMAN
L’auteur reconstitué avec tous les documents d’archive à sa disposition et de l’imagination le parcours d’une jeune bourgeoise d’origine normande, qui a fui sa famille pour épouser le fils d’un rabbin. Le seul document qui raconte leur sort fait partie de la collection de manuscrits de l’université de Cambridge. Ce document vieux de plus de mille ans, en hébreu, précise notamment que David et Vigdis sont arrivés à Narbonne en l’an 1090. Ils ont parcouru 900 kilomètres à travers la France de l’époque, en bravant tous les dangers.
Les temps sont violents. Le pouvoir central instauré par Charlemagne a fait long feu. Les seigneurs féodaux ont pris le pouvoir. Les Chrétiens et les Juifs vivaient en paix jusque-là. Mais les actes d’agression envers les communautés juives sont de plus en plus nombreux.
En 1095, Urbain II veut unir le monde chrétien et pour se faire lance « la guerre sainte » (concept nouveau pour l’époque) : Jérusalem doit être reconquise, car Dieu le veut.
Avait-il prévu la déchéance morale, les atrocités que son appel a engendrées ? On vole, on viole. Des pogroms sadiques ravagent des communautés.
L’auteur a reconstitué cette histoire d’amour tragique dans un monde violent, en attente d’un nouvel ordre. Une jeune fille a brisé tous les tabous pour vivre pleinement selon son coeur. Elle sera une exilée pour le reste de sa vie.
Grâce au talent de l’auteur, nous nous identifions totalement à l’héroïne. Il nous permet de rentrer dans cette époque chaotique, de la comprendre, de l’appréhender. La narration est menée sur le mode  d’une enquête sur une histoire extraordinaire : l’auteur s’est déplacé sur les lieux parcourus par la jeune femme, pour ressentir plus fortement son vécu. C’est un excellent roman historique.

De plus, cette époque de mutation ressemble à la nôtre en de nombreux points.
L’AUTEUR
Stefan Hertmans est un écrivain belge néerlandophone né à Gand le 31 mars 1951. Stefan Hertmans enseigne au Stedelijk Secundair Kunstinstituut Gent et à l’Académie royale des beaux-arts de Gand. Il dirige en outre le Studium generale jusqu’en octobre 2010.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.