Autobiographie

Journal – Jules Renard

Jules Renard (1864-1910), membre de l’Académie Goncourt, auteur de romans notamment « poil de carotte », de nouvelles et de pièces de théâtre, est particulièrement connu pour son « Journal », reflet de la vie littéraire et sociale de son époque, fait d’introspection, d’ironie, d’humour et de nostalgie. C’est aussi une mine d’information sur la vie littéraire.

Argent

« On a autant de peine et de mérite à se passer d’argent qu’à en gagner. »

Armée

« Une armée, ce chromo humain. Des officiers qui se croient quelque importance parce qu’ils sont coloriés comme des pommes d’api. »

Artiste

« On confond toujours l’homme et l’artiste, sous prétexte que le hasard les a réunis dans le même corps. »

Autres

« Les autres développent en nous surtout le mauvais instinct de la propriété ; il suffit d’être un instant chez eux pour vouloir aussitôt être chez soi. »

Bêtise

« Bêtise humaine. « Humaine » est de trop : il n’y a que les hommes qui soient bêtes. »

Bonheur

« Pour être heureux comme un roi, il suffit de mener une vie simple comme bonjour. »

« Si vous pensez du bien de moi, il faut le dire le plus vite possible, parce que, vous savez, ça se passera. »

« On n’est pas heureux : notre bonheur, c’est le silence du malheur. »

Conversation

« La conversation est un jeu de sécateur, où chacun taille la voix du voisin aussitôt qu’elle pousse. »

« Il faut, pour soutenir une conversation en société, savoir une foule de choses inutiles. »

« En général, rien de plus insipide que les conversations des voyageurs. Ils ont changé de place, non d’idées. »

Cul

« Si le mot cul est dans une phrase, le public, fût-elle sublime, n’entendra que ce mot. »

Dieu

« Dieu, celui que tout le monde connaît, de nom. »

Egoïsme

« Notre égoïsme va si loin que nous croyons, en temps d’orage, qu’il ne tonne que pour nous. »

Franchise

« Être franc c’est-à-dire marcher sur les pieds des autres en le faisant exprès… À combien de calottes, de gros mots, etc., on s’expose ! »

La gloire

« La gloire, c’est d’abord une belle plage. On se roule dans son sable fin, puis, bientôt, on sent une odeur mauvaise, celle des poissons que les femmes viennent vider sur le bord. »

Graphologie

« Graphologie : mettez les points sur les i, et votre esprit deviendra net. Paraphez en coup de sabre, et vous n’aurez pas peur. »

Homme

« L’homme est un animal qui lève la tête au ciel et ne voit que les araignées du plafond. »

Libre

« L’homme vraiment libre est celui qui sait refuser une invitation à dîner, sans donner de prétexte. »

Livre

« Un bon mot vaut mieux qu’un mauvais livre. »

Mesure

« Il y a une mesure pour tout : dès qu’on en sort, on la dépasse. »

Mourir

« Rien ne sert de mourir : il faut mourir à point. »

Orgueil

« L’orgueil de dire, quand tout va mal : « Ça va bien. » »

Penser

« Penser, c’est chercher des clairières dans une forêt. »

Qualité

« Toute notre critique, c’est de reprocher à autrui de n’avoir que les qualités que nous croyons avoir. »

Règles

« Les gens qui veulent suivre des règles m’amusent, car il n’y a dans la vie que de l’exceptionnel. »

Rêve

« Rêve de grandes choses : cela te permettra d’en faire au moins de toutes petites. »

Vie

« Nous passons notre vie à causer de ce mystère : notre vie. »

Laisser un commentaire