Essai

La Peur des barbares – Tzvetan Todorov

Tzvetan Todorov est un critique littéraire, sémiologue, historien et essayiste français d’origine bulgare.

Il publie en 2009 un essai engagé revenant sur les notions de barbare, de civilisation et de culture : La peur des barbares, au delà du choc des civilisations. Publié une seconde fois en février 2016 aux éditions Le livre de Poche, cet essai aide à comprendre la situation de « tension culturelle » actuelle. Dénonçant tantôt un occident protecteur de valeurs passés et peu enclin à l’évolution, tantôt un extrémisme virulent de la part de certains groupes se réclamant de la religion musulmane, Todorov dépeint une réalité effrayante qui est en fait la nôtre. Il dessine ainsi une nouvelle silhouette au terme de « barbare » : le barbare est celui qui a une attitude de déshumanisation et d’humiliation envers son semblable. La barbare et la barbarie se trouvent ainsi en tous lieux et ne sont pas propres à une culture en particulier.

Pourquoi « au-delà du choc des civilisations » ? T. Todorov fait référence à cet essai indigeste de Samuel Huntington, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order. Il s’agit d’une pseudo analyse politique parue en 1996 et pour la version française en 1997, et dont la carte de division du monde en civilisations du monde est devenue tellement populaire qu’elle est étudiée dans les manuels de géographie du lycée, et ce évidemment dans un but de critique négative. Si les fondements de cet ouvrage s’effritent comme du calcaire, il faut bien lui reconnaître une chose : jamais Etats-Unis et Europe n’ont jamais été aussi liées idéologiquement que par cette haine commune de l’Autre, et plus particulièrement de l’Autre musulman. Car le choc des civilisations c’est bien cela : l’affrontement d’un bloc occidental blanc et catholique et d’un bloc musulman. Et c’est ce que Todorov dénonce sans concession.

Mais de la même manière que le choc des civilisations délaisse tout un pan de l’humanité, Todorov ne se concentre que sur ce conflit binaire alors qu’il avait lui-même énoncé en introduction une division tripartite du monde en pleine guerre froide !Mais aussi vite que les fleurs ont fané, Todorov a délaissé le « tiers monde » et ne s’est focalisé que sur le conflit occident/Islam.

D’autre incohérences sont relevées : pointer du doigt les Etats-Unis en les désignant « Américains », la partie devient le tout et tous les autres pays du continent disparaissent…

Mais simple à lire et riche en enseignement toutefois, il fait office d’une introduction convenable au sujet du « choc des civilisations ».

Laisser un commentaire