Roman contemporain

LE CLEZIO J.M.G – Bitna sous le ciel de Séoul

Bitna, 18 ans, est née dans le Sud de la Corée. Ses parents, marchands de poissons, ont fait un emprunt pour qu’elle puisse aller à l’université. Elle est logée chez la sœur aînée de son père, mais cela devient très vite inconfortable et elle part vivre seule.
Pour subvenir à ses besoins, elle trouve un emploi de conteuse auprès d’une jeune fille malade, Salomé, qui ne peut pas se déplacer. Elle est atteinte du Syndrome douloureux régional complexe, un mal incurable qui « ferme petit à petit les forces vitales, comme une fleur en train de de se faner très lentement. » Les histoires de Bitna vont être son ticket pour l’évasion.
LE ROMAN
Tout comme Salomé, le lecteur est suspendu aux lèvres de Bitna : « elle avait cette façon de m’écouter, comme si elle buvait mes paroles, comme si toute son énergie impuissante ressortait par ses yeux. »
En quelques histoires, l’auteur nous offre sa vision de la Corée et de la vie.
Chaque conte est imprégné de la philosophie bouddhiste : « je crois que la vie est un océan qui nous baigne tous, et que la mort nous emporte ensemble vers une autre forme que nous ne connaissons pas. Je crois aussi que nous sommes tous liés les uns les autres, les enfants avec les parents, les parents avec leur descendance, et ceux et celles qui ne sont pas encore nés touchent ceux qui vivent aujourd’hui, et tendent la main à ceux qui ne sont plus… »
À travers les récits de Bitna, on découvre l’histoire de la Corée et la vie des Coréens, un même peuple coupé en deux par une frontière infranchissable, que seuls des pigeons peuvent franchir, car les oiseaux ne se laissent pas arrêter par les frontières ; et on s’immerge dans Séoul. On sent les espaces, l’architecture, le fleuve, les parcs mais également les dangers, les rôdeurs…
La relation de Bitna et Salomé est toute en interdépendance. Bitna a besoin d’argent et aime avoir ce pouvoir sur quelqu’un : « j’étais son seul lien avec le monde extérieur… ». Elle déteste l’odeur de la malade, mais n’ose pas le lui dire.
Quant à Salomé, elle sait que Bitna a besoin de son argent pour survivre.
Chaque conte apporte un message différent. J’aime beaucoup cet auteur, même si ce roman est moins intense, avec une écriture plus simple que les précédents. Il en ressort un bon moment de lecture.
L’AUTEUR
C’est un roman qu’il a écrit à la demande de la ville de Séoul où il réside de temps en temps. Il a appris la langue, l’écriture coréenne. Pour lui, la ville de Séoul est « une ville qui produit de la rumeur, qui fabrique des histoires. » Certaines des histoires sont vraies.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.