Roman noir

Le coma des mortels – CHATTAM Maxime

Ouah tout ça pour 5 pages de développement personnel à la fin…

Sur la quatrième de couverture, on peut lire : « un roman noir virtuose ». Alors, d’accord c’est un roman noir et Maxime Chattam est un virtuose de l’écriture. C’est pour ça d’ailleurs que j’ai lu le livre jusqu’au bout… du cynisme, encore du cynisme et toujours du cynisme. Mais tout ça ne suffit pas à faire un bon roman.

L’histoire (vraiment ce n’est pas ce qui nous tient en haleine)

Pierre a fait la crise de la quarantaine à 30 ans…. Une dépression. Il est cynique au sens contemporain. Il a  une faible confiance dans les motifs ou les justifications apparentes d’autrui, et un manque de foi  dans l’humanité. Toutes ses connaissances décèdent mystérieusement. Bon ce n’est d’un suspens insoutenable tout ça.

Le fil de la narration est entrecoupé par de nombreuses pages de considérations sardoniques, comme :  « ne me dites surtout pas qu’il faut aimer les bêtes pour devenir vétérinaire. Il faut surtout une absence totale d’amour-propre, un odorat anesthésié, beaucoup de patience et une passion certaine pour l’étude de tout ce qu’il y a de plus repoussant dans une créature vivante. » ou « les psys assimilent les déjections qu’engendre la civilisation. Ils furent inventés pour manger la merde spirituelle de notre société. D’où la proximité entre vocabulaire des émotions et cuisine si vous voulez mon avis. » mais bon il faut aurait mieux valu faire un livre de citations.

 habituellement c’est un auteur que j’aime beaucoup :  j’ai apprécié la trilogie du Mal et la série « Autre Monde ».

 

Laisser un commentaire