Science-fiction

Le projet Vanility – Marion Salvat

Jeune auteure originaire de Toulouse, Marion Salvat publie en août 2018 son second roman, Le projet Vanility. Premier tome d’une trilogie envoûtante.

Maxine a 16 ans. C’est une Porteuse. Descendante directe des premiers Porteurs du Centurion. « Le Centurion pouvait guérir les cancers, Alzheimer et toutes les maladies entrainant une dégénérescence du corps, c’était transcendant. » En Afrique, où elle a passé la quasi-totalité de sa courte existence, c’est un traitement inespéré. En occident, et à Paris où elle revient avec sa mère, il est l’objet d’une grave division de la société : le Mouvement des Originels, groupe terroriste, souhaite éradiquer les Porteurs. Pourquoi ? Car le Centurion a des effets secondaires : il développe des capacités hors du commun.

Pourtant les Porteurs sont soumis à un contrôle sévère de leurs capacités et ne représentent aucun danger.

Jusqu’au jour où un groupe de Porteurs malveillants se met à la recherche de la création de Thomas Warnott, le père de Maxine : un extenseur de capacités, capable de donner à un seul un pouvoir effroyable.

 

Un excellent roman young adult

Ce roman s’inscrit dans la veine young adult. Le thème est très bien traité. L’écriture est prenante : un style simple et clair, et ce qu’il faut de suspens. Vous ne le lâcherez pas avant de l’avoir terminé.

Les personnages sont attachants. Maxine et son groupe d’ami. La psychologie des personnages est assez développée pour un roman young adult : on perçoit bien les enjeux pour Maxine qui n’a jamais connu son père et présente un besoin d’en savoir plus sur lui, caractéristique des enfants en quête de leurs origines.

Roman d’anticipation?

Je ne pense pas qu’on puisse parler ici de roman d’anticipation. Le thème rode un peu dans les esprits : un vaccin contre les maladies incurable, des capacités hors-norme. Il doit y avoir une part de « vérité » : il n’est pas exclu que certains traitements contre les maladies incurables voient le jour. Mais il me semble que l’existence de capacités dans l’histoire est propre à la pure science-fiction et non au sous-genre de anticipation.

 

C’est un bon roman. Je conseille.

 

One Comments

  • Reply

    Hugo Mochales

    novembre 26, 2018

    Oh oui un super roman!! Il mérite de se faire connaître! Vivement la suite!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.