Roman contemporain

Le revenant – Eric CHAUVIER

« De s’être débattu comme un diable dans le cœur sombre du XIXème siècle n’aura pas suffi. Rappelons les faits, pourtant extraordinaires. Né le 9 avril 1821 à Paris, Charles Baudelaire est âgé de 6 ans lorsque succombe son géniteur, disparition qui va influencer sa vie dans les grandes largeurs. De ce drame naîtra une poésie universelle. »

Le revenant est un court roman, retraçant les pas d’un Baudelaire ressuscité. Appartenant au genre fantastique, il fait de l’auteur des Fleurs du mal un zombie, un humain à la peau parcheminée et au teint caverneux, à l’odeur pestilentielle, et à l’allure saccadée.

« Ne vous demandez pas quelle malédiction l’a arraché aux ténèbres car, comme chacun sait, dans le cinéma populaire et dans la littérature de gare, un mystère nimbe toujours la zombification des mortels. »

L’état de zombie explicitement énoncé n’empêche pas de s’interroger. Et si Baudelaire n’était qu’un sdf ?

Le sdf, ou « clochard », bénéficie d’une mythologie urbaine assez simple : c’est un poivrot, probablement un violeur, qui se retrouve dans la rue pour de bonnes raisons. Bref, un personnage infréquentable.

« Le monde est peuplé d’ignorants qui ne savent pas distinguer les poètes des zombis. »

Méconnaissable ou subissant l’ignorance culturelle des passants, notre héros subit donc les injures et les attaques répétées de ses concitoyens. Envers et contre tout, Charles n’a qu’un but : trouver la femme qui pourra le ramener à la vie ! Il erre comme une âme en peine, longtemps… Ah mais, ne serait-ce pas elle là-bas ?

 

Sous des allures de création macabre, l’œuvre de l’anthropologue Eric Chauvier n’est en fait qu’une peinture délurée de la laideur de la société. En utilisant l’un des plus grands génies de la littérature française pour choquer davantage son lectorat, l’auteur illustre le phénomène multimillénaire du bouc émissaire.

N’oublions de pas de mentionner la qualité de recherche de l’auteur qui intègre parfaitement l’œuvre des Fleurs du Mal au roman par des citations bien insérée et des sensations adéquats.

 

Conseillerais-je ce livre à tout le monde ? Sans aucun doute, mais avec une mise en garde : mettez de côté votre romantisme.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.