Romans autres

Les Fables de l’Humpur – Pierre BORDAGE

Il y a un peu moins d’une année, nous vous présentions les deux tomes de la saga Arkane de Bordage. SI vous ne l’avez pas lu, c’est par là :

http://chrisylitterature.jouglar.eu/arkane-i-et-ii-pierre-bordage/

De ce livre, nous vous avions fait partager l’extrait suivant :

« Sans la corporation des égoutiers, méprisée des Hauts jusque dans les Bas, Arkane croulerait déjà sous des tonnes et des tonnes de déchets. Ces hommes vouent leur existence à l’écoulement permanent des rejets des citadins, aussi bien les restes de leurs repas que leurs eaux usées et leurs propres déjections. C’est fou ce qu’un seul individu peut produire comme résidus en une année ! S’il en était conscient, il changerait de comportement, il mangerait frugalement pour ne pas gaspiller la nourriture et ne pas évacuer trop de matières, il s’épargnerait des lavages superflus, il cesserait d’être cette personne irréfléchie et grasse qui croit que sa merde disparaît par la magie des déesses, il vouerait un respect et une sympathie sans limites à ceux qui prennent soin de ses excréments, mais le temps est encore loin d‘un comportement responsable, l’égoïsme qui règne en maître finira par nous étouffer, comme Arkane s’affaissera un jour dans sa propre inconscience.

Journal intime d’un explorateur vertical 

Bibliothèque privée de la maison de l’Ours,

Arkane »

Nous revenons cette année avec un roman de Bordage un peu particulier : Les Fables de l’Humpur, publié en février 2010, ce roman a presque bientôt dix ans mais c’est un chef-d’œuvre. Il n’est jamais trop tard pour parler d’un chef-d’œuvre.

L’Humpur, si vous ne connaissez pas, c’est un ensemble de comtés : Manac, Luprat… Géographiquement, on situerait l’histoire en Dordogne et ses alentours : La Dorgne. A l’Humpur, règne le tabou. Un tabou est une loi sacrée, commune à tous les comtés. Formelle interdiction à un grogne de « saillir » une hurle, et de manière plus générale à deux individus de castes différentes de s’accoupler.

Véhir est un grogne. Un homme-cochon. Sa caste est la plus basse. C’est un pue-la-merde aux yeux de toutes les autres castes. Tia est une hurle, en plus d’être une leude : une femme-loup noble. Deux êtres aux antipodes des lois de l’Humpur. Et pourtant, ils vont cheminer ensemble, vers le Grand centre à la recherche des Dieux humains et d’une solution pour stopper la régression de l’espèce vers un état animal total. Ils sont poursuivis par H’Wil, un hurle violent et sanguinaire partisan de l’animalité manipulé par les kroaz – les hommes-corbeaux, Preux de la Génétie.

Une humanité en danger

Le leitmotiv de Bordage c’est l’apocalypse, et la fin de l’humanité. Dans tous les sens. Dans Les Fabliaux de l’Humpur, la fin de l’humanité survient avec l’avènement de l’animalité toute puissante.

Comme pour Les Derniers hommes, Bordage situe l’intrigue des Fabliaux de l’Humpur dans un Après. Un après quoi ? Un après-l’apocalypse. Dans ces deux romans, quelque chose a causé la fin des Hommes : les hommes eux-mêmes pour Les derniers hommes. Qu’est-ce qui a bien pu causer la mort des hommes dans Les Fabliaux de l’Humpur ? Le narrateur et personnage principal le découvre dans sa quête des Dieux humains…

Un roman métatextuel

Prêtez attention au vocabulaire, à l’importance des mots dans le texte même.

La régression de l’espèce est inhérente à la régression du langage. Les phrases deviennent plus concises, moins précises. Les marques de personne apparaissent plus simples, les mots se simplifient. Le lexique s’appauvrit. La paresse articulatoire joue un grand rôle, et aucun phénomène ne vient contrebalancer la simplification phonétique qu’elle implique. « Individuel » cède la place à « individule ». La Dordogne devient « La Dorgne ».

Par ailleurs, la recherche des « Dieux humains » par Véhir, ce grogne curieux et très intelligent, est tout entière comprise dans le titre du livre. L’Humpur que l’on a tendance à lire [lumpuʁ] ou [lumpux] pourrait tout aussi bien se prononcer [lympyr] ou [lympyx] : référence incontournable à « l’homme pur » et tout le bagage historique sombre qui s’y rapporte dans nos esprits de lecteurs.

Portée des Fables de L’Humpur

Bordage fait un portrait à peine caché de notre société actuelle, comme souvent. L’exploitation des grognes – hommes-cochons – et leur statut d’inférieur est une copie conforme du traitement que l’on réserve en tant qu’humains aux autres espèces. Une preuve d’animalité. Pour faire simple, Bordage fait en effet ressortir dans l’animalité et l’humanité deux aspects : un aspect glorieux, un aspect condamnable.

  HUMANITE ANIMALITE
PositifLa Raison La Rectitude, la Simplicité
Négatif L’Orgueil et la Démesure,
l’Egoïsme
L’Instinct

« Garde l’honneur en toutes circonstances, quitte à perdre la vie,

Ainsi auras une clef du paradis. »

Les Fabliaux de l’Humpur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.