Fantasy

Les loups chantants – Aurélie Wellenstein

Yuri est un jeune musher. Il vit en Sibérie avec sa sœur Kira ; leur communauté survit grâce à la magie des Gardiens qui tiennent éloignés le blizzard et les monstres de l’Hiver. Malgré tout, le dieu de l’Hiver n’est pas impuissant en ces terres : il peut encore condamner les plus jeunes à la malédiction… Ainsi, lorsque Kira la subit, Yuri décide de l’emmener vers la capitale, de tenter le tout pour le tout pour la sauver, et de s’aventurer dans le blizzard à l’aide de ses fidèles compagnons qui tirent son traineau. Poursuivis pas les loups, envoyés du dieu de l’Hiver qui ont déjà emmené Asya, ont-ils seulement une chance de réussir ?

Les loups chantants, deuxième roman d’Aurélie Wellenstein, est publié en 2016 aux éditions Scrinéo puis réédité en 2018 aux éditions Pocket. Comme tous les autres romans de l’auteure, l’histoire appartient au domaine de la Fantasy, plutôt Young adult. C’est un roman agréable ; Aurélie Wellenstein est sans aucun doute une auteure prometteuse.

 

Entre fantasy et réalité

Aucun doute sur l’univers fantasy dans lequel évoluent les personnages : magie, loups « qui chantent » (comme les sirènes), malédiction… On a bien à faire ici à de la fantasy et non du fantastique. Toutefois, le lecteur est en permanence entretenu dans un entre-deux : les décors sont réalistes, le contexte nous est plus ou moins connu. Bref, l’auteure ne nous immerge pas dans un monde à part entière, des décors qui nous seraient inconnus. C’est le parti pris de beaucoup de fantasy Young adult. Et ce peut être un avantage comme un inconvénient. Personnellement, lorsque je lis de la fantasy, j’aime être totalement immergée dans un monde imaginaire, et où le dépaysement est total.

 

Style et choix d’écriture

L’histoire est simple et cohérente.

Les personnages sont attachants. Pour parler de la relation entre Yuri et Orion – le guide de l’attelage -, l’auteure s’inspire de la relation fusionnelle qu’elle eut avec son chien Haplo. C’est une relation très touchante qui aurait mérité d’être davantage développée.

La psychologie des personnages est sommaire, mais suffisante. Idéale pour un court roman mais il est vrai que la relation entre Yuri et Anastasia (celle qui l’accompagne dans son aventure) évolue très vite, on n’a l’impression de manquer des passages.

Enfin, le style de l’auteure est plutôt bon, suffisamment prenant pour que l’on ait envie d’avoir la fin du livre.

C’est un très bon début ; je conseille ce livre agréable et court. Et, à titre personnel, c’est sans aucun doute que je m’aventurerai dans les prochaines productions de la jeune Aurélie Wellenstein.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.