Conte philosophique

Madame de La Carlière – Denis DIDEROT

Madame de La Carlière est une histoire qui finit mal. L’héroïne du roman meurt amère, son enfant malade, le mari finit sa vie disgracié.

Tout commence par une conversation entre le conteur et l’auditeur. Ils aperçoivent le chevalier Desroches. Un homme qui donne peine à voir. Pourtant, c’est un homme dont les débuts ne laissaient pas présager une fin si minable.

« Et c’est ainsi que de bouche en bouche, échos ridicules les unes des autres, un galant homme est traduit pour un plat homme, un homme d’esprit pour un sot, un homme honnête pour un coquin, un homme de courage pour un insensé, et réciproquement. Non, ces impertinents jaseurs ne valent pas la peine que l’on compte leur approbation, leur improbation pour quelque chose dans la conduite de sa vie. »

Mais il fallut qu’il tombe amoureux de Madame de La Carlière, qu’il l’épouse alors qu’il ne pouvait lutter contre ce penchant naturel qu’il avait à l’infidélité.

« Qui n’a pas entendu parler de Madame de La Carlière ? Qui n’a pas entendu parler de ses complaisances sans bornes pour un vieux mari jaloux à qui la cupidité de ses parents l’avait sacrifié à l’âge de quatorze ans ? »

L’intéressée l’avait prévenu :

« Si vous vous sentez ce même penchant à l’inconstance qui vous a dominé jusqu’à présent, si je ne suffisais pas à toute l’étendue de vos désirs, ne vous engagez pas, je vous en conjure par vous-même et par moi. »

Bien entendu, la promesse ne dura que jusqu’à la grossesse de l’élue de son cœur. Cette dernière se rendit de son infidélité, et l’exposa aux yeux de tous lors d’un repas :

« Dans les détails qu’on me dit de cette scène on me disait qu’il avait été bien plat et sa femme honnêtement ridicule. » 

« La seule grâce que je demande et que je suis en droit d’obtenir, c’est de m’épargner un éclat qui ne changerait pas mes desseins, et dont le seul effet serait d’accélérer la cruelle sentence que vous avez prononcée contre moi. » (Madame de La Carlière)

Dès lors, leur rupture est consommée. Bien qu’ils restent mariés devant l’Eglise, l’épouse s’en alla vivre avec sa mère et refusa de le voir jusqu’à la fin de ses jours. Elle fut élevée au rang des saintes femmes, et lui des ingrats. Mais le conteur met en garde contre les opinions changeantes.

« Ainsi vous croyez qu’il y aura un moment où la chose sera vue telle qu’elle est, Mme de La Carlière accusée et Desroches absous ? – Je ne pense pas même que ce moment soit éloigné. Premièrement, parce que les absents ont tort et qu’il n’y a pas d’absent plus absent qu’un mort. Secondement, c’est qu’on parle on dispute, les aventures les plus usées reparaissent en conversation et sont pesées avec moins de partialité. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.