Autobiographie

Le guitariste nomade – Miguel Haler

Miguel Haler se définit lui-même comme un passeur d’âme : « celui qui accompagne en douceur les êtres qui disparaissent, celui qui apaise leur angoisse, rassérène leur esprit et les )réconforte jusqu’à l’ultime seconde où le cœur s’arrête de battre. 

Né en plein milieu du XXe siècle (1951), Il est le fils d’un employé des chemins de fer et d’une femme de ménage. Son côté gitan, lui vient de son grand-père maternel.  C’est chez lui qu’il passe ses vacances et qu’il apprend la guitare dès l’âge de 3 ans. Quand il retourne chez ses parents, il continue à travailler cet instrument qui l’aide selon son expression :  à faire « sortir le jus de mon âme et de mes angoisses ».  A 17 ans, il choisit la liberté et quitte « la vie sans espoir, sans aventures, …. » que lui offre le monde ouvrier. Il part sur les routes à la rencontre de son destin.

 On pense à la fable de Jean de la Fontaine « le loup et le chien ». Il est le loup qui refuse le collier même si cela lui assure la pitance et le coucher. Il joue magnifiquement de la guitare (vous pourrez trouver des enregistrements sur son site : miguel-haler.com), il est truculent, sincère, sensible

Les pages où il évoque son métier de musicien auprès des personnes âgées et des malades dans les hôpitaux sont belles. Il s’en dégage une spiritualité, œuvre de toute une vie éprise de liberté, de rencontres et de musique. voici un de mes passages préférés : » toute cette humanité en fin de parcours, à la dérive, échouée dans ces endroits suintant la misère morale, au bout de leur nuit, il fallait s’en occuper ! les infirmières, gériatres et le personnel faisaient du mieux qu’ils pouvaient, mais pour ce qui était de les faire rêver, de faire danser leur âme dans leur tête, de faire divaguer leur esprit pour qu’ils sortent de leur triste corps perclus, ça, c’était exclusivement mon boulot. »

One Comments

Laisser un commentaire