Roman contemporain

Nage libre – Boris Bergmann

« Inadapté, c’est son état de nature. »

Issa a raté son bac. Enième échec de sa misérable vie. Le « Losssbo » de la Zone, c’est lui. Sa réputation transcende les générations. Même sa mère ne le supporte plus. « Pour un homme, c’est haram de ne pas travailler, pour un homme, c’est haram de ne pas rapporter, […] pour un homme c’est haram de laisser sa mère trimer à sa place ». Issa laisse couler…rien de nouveau sous le soleil. Jusqu’à ce qu’Elie débarque dans sa vie. Lui non plus n’a pas eu son bac, mais Elie a du style, il a un sourire de tombeur et tout le monde le respecte. Grâce à lui, Issa commence à aller à la piscine et apprend à nager. Objectif : maître-nageur. Mais Issa y arrivera-t-il ? Car dans l’eau il découvre surtout le désir de l’autre…

L’auteur : Boris Bergmann est un jeune auteur, connu notamment pour son premier roman Viens là que je te tue ma belle publié en 2007 aux éditions Scali. Nage libre est son cinquième roman. Il est paru en janvier 2018 aux éditions Calmann-Lévy.

 

Un roman du silence

Ce qui frappe en premier dans ce roman, c’est le silence. Les cris disparaissent dans l’anonymat qu’offre la Zone avec ses grandes tours, la colère est étouffée par l’indifférence d’Issa, la souffrance même n’apparait qu’à la vue. On ne peut même pas ressentir la musique ou les sons de la rue.

Par ailleurs, le roman offre très peu de dialogues, des bribes de paroles par-ci par-là.

Ce roman offre une image, une image de misère et d’échec. Sensation de pesanteur.

 

Entre amour et amitié

Ce roman est l’occasion pour le lecteur de redécouvrir sous leur forme la plus pure l’amour et l’amitié.

L’amitié d’Issa et d’Elie, concours de circonstance heureux.

Quant à l’amour, je vous conseille de lire le livre. Issa ne trime pas en vain dans sa recherche du désir.

 

La force des personnages

Malgré l’adversité, malgré cette Zone, cet îlot de misère au sein d’un Paris confortable, Issa et Elie cherchent ensemble. Ils ne sont plus isolés.

La souffrance d’Issa, même si elle reste silencieuse, est palpable, dans le geste, dans la posture, dans les mots. Mais elle est dépassée par sa force.

 

Un très bon roman que je conseille.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.