ROMAN

Opium Poppy – Hubert Haddad

 « Et si rien n’existait vraiment que des tremblements et des lueurs, si les mots et les gestes des hommes n’avaient pas de sens, si le monde entier n’était que la tétanie d’une bête qui meurt ? »

Hubert Haddad est un écrivain, poète, romancier, historien d’art et essayiste français d’origine tunisienne.

Opium Poppy, publié en 2011 aux éditions Zulma conte l’histoire tragique et bouleversante d’Alam l’Evanouï, un enfant afghan victime de la cruauté des hommes. Alam, enfant de la guerre, comme l’appelle l’auteur, est bousculé de part-et-d’autre par les conflits armés, venant d’un occident malfaisant, de groupes terroristes, ou de trafiquants de drogue et d’armes. La violence perpétrée par ces acteurs anéanti l’innocence de cet enfant qui n’aspirait qu’à l’amour.

« Le vieux musicien de la lézarde connaissait un proverbe : « l’amour ne pleure jamais comme pleure le sang« .

L’histoire : Vivant à la campagne avec son père paysan, sa mère, et son frère, il est grièvement blessé lors d’un conflit armé. Il est soigné par les médecins d’une ONG puis il s’enfuit et tente de s’en sortir en partant pour la France. Mais ce périple aux frontières de la mort le mènera à Paris ou il ne trouvera que l’indifférence et l’égoïsme de ses habitants – mis à part ce retraité qui cherche la compagnie de cet enfant et lui procure des vêtements et un abri. Il finira par renouer avec la misère et la violence au sein des banlieues les plus dangereuses de la région parisienne, et sera à nouveau instrumentalisé par des adultes déviants.

« Pourquoi le camarade parti d’un pied égal et si vaillamment n’avait-il plus de jambes et mordait son suaire en pleurant son sang d’entrailles? Pourquoi lui-même avait-il le pouvoir de sacrifier ou d’épargner des êtres constitués de plusieurs dizaines d’années d’existence sur cette terre et riches d’une foule de souvenirs, de secrets, d’aspiration? »

On ne peut évidemment sur un sujet aussi pesant et grave porter un jugement négatif, quand bien même ce ne soit qu’à propos de l’écriture. Peu importe, Hubert Haddad écrit prodigieusement bien. Il manie les mots avec une délicatesse sans égale et le sujet avec tact.

Laisser un commentaire