Littérature du XXIème siècle

PORTES JEAN-CHRISTOPHE – L’affaire de l’homme à l’escarpin

L’histoire :

L’HISTOIRE : Paris, 1791. Un jeune homme est découvert assassiné dans un quartier populaire. Il est nu, à l’exception d’une paire d’escarpins vernis et cela ressemble à un vol qui a mal tourné. Mais quand on apprend que le jeune homme fréquentait les milieux homosexuels et qu’il travaillait pour un journal politique, l’affaire prend une tout autre tournure.

Le gendarme Victor Dauterive découvre que cet assassinat est lié aux intrigues se jouant au plus haut niveau du pouvoir :
Depuis la fuite à Varennes, Louis XVI a été suspendu de ses fonctions et, dans l’ombre, le parti du duc d’Orléans fait tout pour  s’emparer du pouvoir.
Victor Dauterive, Intime La Fayette, se voit confier par ce dernier la mission d’enquêter secrètement dans les milieux politiques.

Le contexte : Juillet 1791 : Louis XVI, arrêté à Varennes, est ramené à Paris et provisoirement démis de ses fonctions.

« Allons-nous terminer la Révolution, allons-nous la recommencer ? »Antoine Barnave à l’Assemblé Nationale, le 15 juillet 1791. 

« Le pays était au bord de la guerre civile. Certes, Louis XVI avait réintégré les Tuileries depuis son retour de Varennes, mais l’Assemblée l’avait privé de tous ses pouvoirs. Dans une semaine, les parlementaires allaient devoir voter. … le terrain était déjà préparé grâce à la fable de l’enlèvement, inventée le jour même de la fuite par La Fayette et le président de l’Assemblée. Mais cela passait très mal auprès des patriotes. Le roi ne pouvait pas avoir quitté Paris contre son propre gré. Ils hurlaient à la trahison et ils n’avaient pas tort. »

L’orientation des rapports des comités sur la fuite du roi va déterminer l’avenir : il faut éviter d’affaiblir plus le roi. Lafayette, Barnave et les plus modérés craignent l’intervention de Robespierre qui fait le jeu de la faction du duc d’Orléans. Ce dernier rêve de la régence, maintenant que son cousin est affaibli. Le duc d’Orléans « n’a jamais cessé de comploter contre Leurs Majestés, surtout depuis que dans sa grande sagesse, Louis XVI lui avait refusé la charge de grand amiral, il y a une dizaine d’années…. Le 14 juillet, l’émeute est partie depuis son Palais-Royal, le temple de la dépravation, et le meneur principal en était ce misérable Camille Desmoulins, un homme notoirement payé par le duc lui-même parmi la foule, avec ses sicaires. » Mais le duc d’Orléans est un faible. Celui qui le manipule est son secrétaire Choderlos de Laclos pour son compte.

 Intérêt du roman  : après la fuite du roi et son arrestation à Varennes, la France est en état de choc. Certains patriotes veulent que le peuple décide du sort du roi. Mais l’Assemblée effrayée s’empresse de voter l’inviolabilité du roi : il ne sera pas jugé et remontera sur son trône. Il en découlera une rupture entre les grands bourgeois qui dirigeaient la révolution et le peuple. On découvre à travers ce roman policier un autres aspect de la Révolution française en plus d’une bonne intrigue.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.