Roman humoristique

Roland est mort – Nicolas Robin

Nicolas Robin est né en 1976 dans les Landes. Steward pour une compagnie aérienne, il parcourt le monde. Il a déjà publié quatre ouvrages, dont Roland est mort, aux éditions Anne Carrière ; un roman à la fois drôle et tendre.

 

Ce livre est fait pour passer un bon moment. Mais il porte un message….

 

Roland est mort. Roland était un fan de Mireille Mathieu, et le papa d’un petit caniche blanc. Son voisin, un quadragénaire célibataire au chômage et en surpoids dont on ignore le nom se retrouve avec une lourde tâche : prendre soin de Mireille, le petit caniche. D’aventures en aventures, essayant de trouver une nouvelle famille pour cette pauvre Mireille, le narrateur découvre qui était Roland, et la solitude dans laquelle il vivait.

 

Avec beaucoup d’humour…

« La vieille dame devant moi vient de se faire faire une teinture violette : ses cheveux puent l’ammoniaque. Je hume malgré moi. J’ai la paupière fauche qui palpite un peu, la tête qui se braque en biais. Entre mon point A et mon point B, j’inhale la toison capillaire d’une retraitée comme si je fumais du crack. Des flashs de couleur m’attaquent la rétine. Les éléphants roses ne sont plus très loin. » 

 

…Une histoire simple

« Roland est mort. C’est la voisine du dessous qui me dit ça. Elle pleure devant ma porte. Ses yeux sont rouges et elle a le nez qui coule. Elle porte son gilet mauve et des espadrilles aux pieds. J’ai envie de lui claquer la porte au nez.

La voisine du dessous vient toujours m’annoncer des mauvaises nouvelles. »

 

…L’auteur parvient à dénoncer certains travers de notre société.

« En général, quand quelqu’un meurt, on lui rend hommage. On se rassemble autour du défunt et on trouve une anecdote gentille à raconter, même si c’était une vraie peau de vache. En ce qui concerne Roland, je ne saurais trop quoi dire.Il aimait son caniche et Mireille Mathieu. Ça présente un homme mais ça ne lui offrira pas une plaque sur le monument aux morts. Je ne connaissais pas mon voisin. »

 

Le focus est porté sur la solitude dont souffrent beaucoup de personnes au sein de notre société. Le désintérêt que se portent les individus entre eux, et la nécessité d’agir avec plus de bienveillance les uns envers les autres (le personnage de Chantal, la masseuse de Roland, est très intéressant pour cela) sont le cœur du roman.

 

Un très bon roman, un très bon moment, un joli message. Je conseille.

Laisser un commentaire