ROMAN, Science-Fiction

Transférés – Kate Blair

Transférés est le tout premier roman de Kate Blair, édité aux éditions Michel LAFON en avril 2017. Traduit de l’anglais par Alexandra Maillard, le titre original est Transferral.

L’histoire se déroule en Angleterre en pleine période d’élection ministérielle. Deux camps s’affrontent : le Parti démocrate de la justice, dirigé par Sebastian Conway, et le Parti national de la loi, dirigé par Malcolm Hale. Le credo de ce dernier? L’intransigeance avec l’illégalité. Toute infraction à la loi doit être sévèrement réprimé. Mais désormais tout délit, ou crime se paie en transfert de maladie. Un petit délit et vous écopez d’un rhume ou d’une grippe. Un détournement de fonds, et l’on vous inflige une tuberculose. Un meurtre, et les chances de réchapper à votre maladie disparaissent. 

Malcolm Hale, ex-avocat, tient à sa fille, Talia Hale, comme à la prunelle de ses yeux. Celle-ci croit en les idées de son père dur comme fer. Mais un jour elle se rend à l’hôpital pour que son rhume soit transféré à autrui et sauve à l’occasion une jeune fille qui s’enfuit. Elle tente par tous les moyens de la retrouver dans l’espoir de la protéger ad vitam eternam. Mais il se pourrait que dans cette quête elle découvre l’envers de son monde parfait : le Barbican, un ghetto où sont relégués prolétaires, délinquants et criminels. Tous les mêmes si l’on écoute les discours des politiques : un prolétaire est toujours un potentiel délinquant. Il s’agit aussi du discours de son père… Sera-t-elle prête à l’affronter?

Un roman pour jeunes adultes extrêmement bien mené, accessible et qui révèle de manière très simple les sophismes et les rouages du système ploutocratique fictif qui y est décrit et donc du nôtre. Une science-fiction éclatante de vérité et effrayante.

Malgré tout, l’espoir y est visible, le changement possible. Le roman choisit comme protagoniste Talia Hale, une fille des beaux quartiers qui embrasse volontairement une prise de conscience nécessaire. Nécessaire pour elle, nécessaire pour tous les autres qui souffrent des privilèges que les riches s’accordent. Ainsi deux messages très importants seront relevés dans ce livre :

  • Talia Hale, narrateur et personnage principal est une véritable objectrice de conscience, une jeune femme intelligente qui n’a pas peur d’aller au bout des choses. Certains attributs d’adolescente légère sont remarquables mais ils n’affadissent en aucun cas son image. Ils la rendent plus brute, plus naturelle, plus amicale aussi. Elle constitue un appel aux filles et aux femmes à passer à l’action, et à croire en leurs idées et leurs motivations. Talia Hale elle-même fera face à la sous-estimation de ses compétences en tant que femme mais passera outre.

 

  • Il s’agit d’un roman à mettre entre toutes les mains des adolescents et des plus grands aussi. C’est vrai, il a été qualifié plus tôt dans cette critique de roman pour jeunes adultes ; mais ceci ne se rapporte qu’à l’écriture qui est encore une fois très accessible. Le message est lui très important. Il pourrait réveiller des consciences, et en convaincre d’autres.

 

Enfin, permettons-nous de remarquer l’incroyable couverture qui s’offre à nos yeux. Un vrai travail sur le design.

Un très bon roman, un succès garanti. Une arme potentielle pour le réveil des consciences.

Laisser un commentaire